Liens



Nombre de pages vues : 4585

Tieffenbach

Bienvenue sur le site de Tieffenbach!

Vous avez des remarques ou des suggestions à faire ? Vous pouvez envoyer un mail à la mairie.
Vous pouvez également laisser un message sur le Livre d'Or du site!



403 dons depuis 1976

Ce mardi soir (19 décembre 2017) à l’occasion de la collecte de sang organisée à Petersbach, Roland Letscher effectuera son 403e don. Un geste régulier qu’il réalise depuis 1976.
Lorsque j’ai reçu la double palme pour 200 dons il y a une vingtaine d’années, j’étais loin d’imaginer que j’atteindrais un jour les 400 dons ». Roland Letscher, retraité de la SNCF et maire de Tieffenbach, a pourtant dépassé ce seuil symbolique ces derniers mois, plus précisément lors d’un don de plasma à Strasbourg.
Si ce soir Roland a prévu d’effectuer son 403e don à Petersbach, il se souvient encore du premier d’entre eux. « C’était à Tieffenbach en 1976. J’avais 22 ans et on y est allés avec des copains. Ça s’est bien passé, alors j’ai continué à y aller lorsqu’il y avait des collectes près de chez moi ».
L’engagement dans le don de sang était là, mais n’avait pas encore pris l’ampleur qui lui permettra d’atteindre les 400 dons en 41 ans.
« Certaines années, je suis monté à 18 dons. Je ne fais pas du nombre une obsession, mais tant que je peux donner je le fais »
C’est un événement particulier qui va déclencher chez Roland le début d’un engagement plus régulier. « Dans les années 1980, un de mes collègues à la SNCF a été touché par une leucémie. Comme souvent dans ce type de cas, une collecte spéciale a été lancée rue Spielmann à Strasbourg. Là, on m’a proposé de revenir. Et à chaque rendez-vous, on en fixait un nouveau un mois plus tard. Comme mon bureau était en gare de Strasbourg, c’était faisable. C’est comme ça que j’ai pris un rythme de douze dons par an », essentiellement à Strasbourg, mais aussi lors des collectes locales.
« Je regarde quand ont lieu les collectes chez nous et j’établis mon programme en fonction, sachant qu’il faut au moins 15 jours entre deux dons du sang ». Et s’il n’y a plus de collecte dans son village, Roland est désormais membre de l’amicale de Petersbach qui organise une collecte ce soir. « Je tiens à y être. Les collectes locales sont de moins en moins nombreuses, faute parfois d’un nombre suffisant de donneurs. Pour moi, c’est important de m’y rendre pour que les habitants du secteur gardent la possibilité de donner leur sang sans pour autant devoir se rendre à Strasbourg ».
« Le sang ne se conserve que 42 jours et il y a des besoins toute l’année »
Au fil des dons, Roland Letscher, qui est de groupe sanguin B, a été sollicité pour également donner du plasma. Un don qui prend plus de temps, « environ 30 minutes de plus qu’un don de sang », mais qui selon lui, « fatigue moins. En tout cas, moi, je me sens moins fatigué après un don de plasma qu’après un don de sang ».
Avec ces autres dons, le rythme s’est parfois encore accéléré. « Certaines années, je suis monté à 18 dons. Je ne fais pas du nombre une obsession, mais tant que je peux donner je le fais. D’ailleurs, j’étais aussi donneur de moelle osseuse, jusqu’à mes 51 ans. »
Pour le don du sang, la limite d’âge a d’ailleurs évolué ces dernières années. « Quand j’ai commencé, on pouvait donner son sang jusqu’à 60 ans. Aujourd’hui, c’est 70 ans. Par contre, pour le plasma, c’est jusqu’à 65 ans et il ne me reste plus que deux ans. »
Plutôt en bonne santé, Roland Letscher a eu la chance d’avoir eu peu d’interruptions dans le don en raison de maladies. « C’est arrivé comme pour tout le monde, mais pas trop souvent. » Et il ajoute d’ailleurs une vertu inattendue à ces dons de sang. « L’air de rien, ça nous offre un vrai suivi médical au fil du temps. Il n’y a pas si longtemps, on m’a dit que j’étais limite au niveau de mon taux de fer dans le sang. Sans le don, je m’en serais sans doute rendu compte bien plus tard. »
À force de donner son sang, Roland Letscher est également devenu un peu militant du don. « Il faut que les jeunes n’hésitent pas à venir donner leur sang tout au long de l’année. Les collectes spéciales, comme récemment après l’accident de car dans les Pyrénées-Orientales, c’est bien. Mais le sang ne se conserve que 42 jours et il y a des besoins toute l’année. C’est d’ailleurs souvent un peu plus sensible en cette période de l’année, avec les maladies hivernales qui empêchent à certains de donner leur sang. »
D’ailleurs, il lance un appel à tous ceux qui veulent aider autrui. « Ceux qui le peuvent, je les incite à le faire. J’ai envie de leur dire : N’attendez pas d’être de l’autre côté de la barrière pour penser au don du sang. Chacun de nous peut un jour en avoir besoin, soit parce qu’on tombe malade ou parce qu’on a eu un accident. Ça ne prend pas tant de temps que ça et ça peut sauver quelqu’un. En moyenne, un don de sang dure entre 15 et 20 minutes auxquelles il faut ajouter l’entretien avec le médecin et la collation qui évite de voir partir les donneurs trop rapidement après le don. C’est un temps nécessaire pour s’assurer que tout va bien. » C’est parfois aussi l’occasion de passer un bon moment entre amis tout en faisant un noble geste.





A propos

Ce site a été réalisé par Thomas Schneider, développeur en informatique.
Le site a été réalisé bénévolement afin de promouvoir la commune de Tieffenbach.
Pour contacter Thomas Schneider : webmaster@tieffenbach.fr